J'AGIS ICI...ET JE M'Y COLLE

Le projet

Un portrait éphémère de La Rochelle en transition en 600 collages. Une session en juin dans les quartiers et une session en septembre en centre ville. Deux ans de préparation.

Les acteurs

Tour d'horizon des structures et des personnes photographiées

Les collages

Des découpages aux décollages, la vie du projet



LE PROJET

 

« L’écologie c’est bien, c’est beau, mais c’est quoi en fait ? Ici on ne subit pas encore de façon très violente les conséquences du changement climatique, à part quelques épisodes de canicule... Avec la performance artistique J’agis ici et je m’y colle, l’idée est que les gens s’approprient la thématique, adhérent à la démarche. On les y amène dans un état d’esprit positif. Est-ce que tout est foutu ? C’est une question angoissante face à laquelle le chef d’entreprise qui roule à vélo ou le jardinier peuvent se sentir seuls. Il s’agit de leur montrer que non ! C’est pourquoi il est important d’accentuer l’effet de groupe, de rassembler les forces. S’il y a bien un endroit où le faire c’est à La Rochelle ! » ( le mot du photographe, recueilli par Elisabeth Schwartz )

 

Historique

L'idée est venue à l'automne 2018, à l'issue du projet "J'habite ici" dans le quartier de Villeneuve les Salines. L'impact de ces 200 collages sur les murs de immeubles était palpable, tant chez les participants que chez les habitants et les spectateurs. Il fallait utiliser cette énergie au service d'une cause, et la plus importante à mes yeux était l'écologie, ou plutôt le changement radical à opérer dans la société face aux bouleversements générés par les activités humaines.

Montrer les actions déjà en cours localement, leur diversité, mettre des visages sur ces actions, provoquer un effet de masse pour stimuler le collectif : telle serait l'ambition du projet.

Restait à trouver des partenaires et financeurs.